Ne mettons pas les tableaux sous verre

En dos diferentes artículos en la Tribune de l’Art  con fechas del 8 y 16 de febrero, Dider Rykner comenta la compleja situación sobre los necesarios dispositivos de seguridad de pinturas de gran valor que resultan, al final, excesivos. Y como incluso pueden llegar a ser contraproducentes en caso de necesidad de una rápida evacuación (como por ejemplo un incendio) y dificultan, en la mayoría de sus casos, la mirada. Y si no, pues que se lo pregunten a la imagen del autor reflejada por el cristal de más abajo…

2. Didier Rykner Autoportrait avec Bertrand Galimard Flavigny

Didier Rykner
Autoportrait avec Bertrand Galimard Flavigny
(derrière la vitre, un tableau d’Ingres)

Les nouvelles de Lens sont heureusement très rassurantes : le feutre utilisé pour écrire sur la Liberté part assez facilement, l’épaisse couche de vernis du tableau ayant servi de protection.

Si cette affaire doit, à notre avis, poser une nouvelle fois la question de la pertinence du déplacement inutile de cette œuvre fragile qui ne devrait plus quitter le Louvre, il ne faudrait pas, comme on peut le lire ici ou là, que cela accélère un phénomène très regrettable qui se développe dans beaucoup de musées : le placement sous une protection excessive des œuvres, très coûteuse alors que l’argent manque, et qui empêche leur bonne contemplation. Il suffit de se rendre dans la grande Galerie du Louvre et d’essayer de regarder le Saint Sébastien de Mantegna (ill.) pour comprendre le problème.
La pose de verres et de caissons climatiques sur les tableaux est une véritable plaie qui ne doit se faire que dans quelques cas exceptionnels, et encore. Le risque zéro n’existe pas et on ne peut raisonner en fonction d’incidents en définitive fort rares et presque jamais irrémédiables.

A-t-on d’ailleurs pensé aux conséquences sur une évacuation rapide qui serait rendue nécessaire par un incendie ou une soudaine catastrophe ? Il serait alors très difficile de sauver des œuvres devenues trop lourdes ou inaccessibles par des systèmes de protection sophistiqués.
Ne répondons pas à de vraies questions par de mauvaise solutions.

Andrea Mantegna (1431-1506) Saint Sébastien

Andrea Mantegna (1431-1506) Saint Sébastien

Il est de moins en moins difficile de repérer, dans les expositions en région, les œuvres prêtées par le Louvre. Celles-ci font en effet l’objet de mesures de précaution qu’on peut difficilement rater. Soit il s’agit d’une mise à distance, à l’aide d’un cordon ou d’une barrière de faible hauteur, qui est censée empêcher le visiteur de toucher l’œuvre par mégarde en la regardant de trop près (c’était le cas, par exemple, au Musée des Beaux-Arts de Rouen pour l’exposition dédiée à Delacroix et la Normandie l’année dernière dans le cadre de l’opération Le Temps des Collections), soit on se trouve devant une grosse vitre placée devant l’œuvre comme nous venons de le voir au Palais Lumière d’Évian dans l’exposition consacrée au Baron Vitta (voir l’article).

Ces dispositifs sont à la fois gênants pour le visiteur et, pour le premier, plus risqué pour les œuvres que ce dont il prétend les protéger. Qui n’a expérimenté le danger de ces barrières basses dans lesquelles un visiteur distrait aura vite fait de basculer, au risque de tomber sur l’œuvre ? Un vandale qui voudrait délibérément abimer un tableau ne se laissera évidemment pas arrêter par un tel dispositif qui ne dérange que les visiteurs ayant envie de voir l’œuvre de près.

Mais la demande la plus gênante est bien celle de mettre une vitre entre l’œuvre et les visiteurs. Dans l’exposition Vitta, deux tableaux d’Ingres, fort proches de sujet, de format et de technique, sont placés côte à côte. Celui de gauche appartient au Musée des Beaux-Arts de Lyon, qui l’a prêté sans demander autre chose que les précautions habituelles. Celui de droite vient du Louvre. Et il est à peu près invisible à cause des reflets, comme en témoigne la photo de face que nous en avons prise (ill. 2). C’est peut être bête, mais un amateur d’Ingres préférera toujours voir un tableau du maître que son propre reflet dans une glace. Il n’a pas besoin d’aller au musée pour cela.
Où est ici le plaisir de la contemplation d’une œuvre d’art ? Prétexter la sécurité des œuvres, alors qu’on ne cesse de leur faire courir des risques inutiles en les prêtant ou en les louant parfois pour des expositions sans intérêt, semble très hypocrite. Ou alors il faut définitivement cesser d’exposer les originaux et les enfermer dans des coffres où on est à peu près sûr qu’ils ne risqueront rien.

Exposition « L’effet Bloemaert », Utrecht

Exposition « L’effet Bloemaert », Utrecht
A gauche : Bergère avec des grappes, 1628
Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle
Au centre : Allégorie de l’hiver, vers 1625-1630
Paris, Musée du Louvre
A droite : Bergère avec un poème, 1628
Tolède, Museum of Art
Photo : BBSG

Un pase más de Elena Vozmediano.

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: